Aux origines de mon roman

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le premier motif de rédaction de cette fiction politico-romanesque, c’était de rendre hommage aux institutions, aux individus qui transmettent le savoir, l’esprit critique, le valorisent et éclairent nos choix, nos modes de pensée. Beaucoup d’entre nous ont sûrement éprouvé cette sensation, après avoir rencontré un professeur au collège, au lycée, à l’université, dont l’empreinte, l’influence sur nos goûts culturels, nos choix, a été déterminante, durable .C’est le cas de mon ancien professeur de philosophie, M. Roland, qui enseignait au lycée de Colombes en 1970, l’année de passage de mon baccalauréat.
Cet homme nous parlait de philosophie, son domaine officiel d’enseignement, mais aussi de cinéma, de théâtre .Je luis dois d’avoir découvert le dramaturge Harold Pinter, des cinéastes, et bien d’autres choses.
Au moment où la culture, l’esprit critique, l’effort vers un minimum de lucidité intellectuelle sont battus en brèche, méprisés (pensez au propos du président de la république sur « La Princesse de Clèves !) Et où l’on tente dans le monde du travail, de restreindre le vocabulaire des salariés dans leurs relations avec la clientèle, j’ai eu le sentiment que la démocratie, dont le savoir, l’esprit critique, la raison sont les soubassements, était gravement en danger, au moins à moyen terme.
J’ai donc écrit ce livre pour verser ma minuscule goutte d’eau à ce débat.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »